Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un brin de légèreté

Petit télégramme à l'usage des lecteurs

Cherche un électricien pour rétablir le courant entre les gens qui ne se parlent plus...un opticien pour changer le regard des gens...un artiste pour dessiner un sourire sur tous les visages...un maçon pour bâtir la paix...et un professeur de maths pour ré-apprendre à ...compter les uns sur les autres...

 

Merci à vous.

Recherche

15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 22:06
Après s'être familiarisée aux pictogrammes, aux unités langagières et à la description d'images (Cf. PECS et Makaton), Camille apprend à répondre aux questions : Qui? Quoi? Où?

Pour cela, j'utilise différents outils :

  • le jeu des questions version simple disponible sur le site du Makaton : ICI. 10 phrases sont proposées avec au verso les pictogrammes Quoi? et Où? Une grille de désignation avec 10 réponses possibles est présentée sur le bureau. Camille doit répondre à la question correspondante en pointant la réponse. Les pictogrammes inconnus ont été au préalable introduits par groupe de 3.

Où?

 SAM_2114.JPG

Par exemple, pour la troisième image représentant la phrase "Je dors où?", Camille me pointe le pictogramme "le lit" de la première planche.SAM_2116.JPG

 Je verbalise chaque phrase en décomposant le sujet, le verbe et le complément. Puis je pose la question en signant et montrant le pictogramme correspondant. Pour signer plusieurs mots du vocabulaire de base utilisés au quotidien et les pratiquer, j'ai visionné le DVD du Makaton. Les signes du vocabulaire de base que j'ai emprunté au Centre de documentation du Centre de Ressources Autisme. Ce support ne peut aucun cas tenir lieu de formation mais ayant suivi, il y a quelques années, une initiation à la Langue des Signes Française, cela m'a permis de me remettre en tête le contexte de l'expression signée qui utilise tant le mouvement et la direction.  J'ai trouvé ce DVD bien réalisé et explicite sur la gestuelle de sorte que pour le vocabulaire de premier niveau utilisé quotidiennement, je le trouve tout à fait exploitable pour des personnes non formées. Je commence à signer une vingtaine de mots que j'étendrai progressivement. L'essentiel est de rester concentrée sur un vocabulaire fonctionnel et donc un nombre réaliste de signes à produire devant Camille pour qu'elle parvienne à se les approprier, voire les reproduire par imitation. Nous travaillons, aussi, en parallèle des activités de motricité fine pour développer l'agilité des doigts et lui permettre dans un deuxième temps de signer.

Pour choisir quels moyens de communication utiliser et les comprendre, je vous invite à lire l'article Un système original - Le programme Makaton.

Extraits

Face à un sujet n'utilisant pas le langage oral, on peut proposer :
Une alternative au langage oral (moyen substitutif) qui ne doit se mettre en place que si l'on peut déterminer avec certitude que le langage oral ne se développera pas.
Un système de communication augmentée dont le but est de favoriser le développement du langage oral par la superposition de plusieurs canaux de communication (gestuel, symbolique, écrit). L'utilisation de plusieurs afférences apporte donc une redondance du message, Ia présentation multimodale permet au sujet de s'approprier (et d'utiliser) le moyen le plus adapté à ses propres capacités : orale, motrices ou mnésiques.
Quels moyens de communication utiliser?
Le canal gestuel
 Le canal gestuel est le premier moyen de communication à se développer chez le jeune enfant. 

En quoi ce mode de communication peut-il aider les enfants sans langage à communiquer ?
Contrairement au langage oral qui ne laisse qu'une trace auditive fugace, le signe peut être maintenu et procure un feedback visuel et kinesthésique. Le fait de se représenter le sens d'une phrase et de la visualiser mentalement favorise son rappel.

Le canal visuel
En quoi les pictogrammes peuvent-ils favoriser l'accès au langage oral?
Ils peuvent être utilisés pour souligner et structurer le langage oral, pour favoriser la prise de conscience des différentes unités langagières et améliorer ainsi la compréhension du langage oral. Ils facilitent l'accès au concept par une représentation visuelle.
Le caractère bimodal du code pictographique (symbole/mot écrit) associé à l'oral permet la mise en place de réseaux internes. Il permet, par ailleurs, un codage assez précis de la chaîne parlée et sensibilise le sujet au langage écrit.

 

Quoi?

SAM_2117.JPG

L'ensemble des phrases apparaissant ci-dessus nécessitent de connaître le pictogramme de la préposition avec que nous avons travaillée dans un deuxième temps. Je l'ai d'abord introduit verbalement.

Camille est particulièrement réactive sur la deuxième image qui décrit la phrase suivante: "Je m'habille avec quoi?" car c'est une demande qu'elle formule plusieurs fois par jour sur le rituel des poupées.

  • des mises en situations sur des demandes et centres d'intérêts privilégiés de Camille que j'ai au préalable répertoriés :

- "Je veux habiller, coiffer". Il lui arrive encore d'oublier le complément, de sorte que je reformule souvent la question avec le pictogramme correspondant. "Tu veux habiller qui?" "Avec quoi?". Je n'avais pas disposition le pictogramme Makaton Qui que j'ai donc fabriqué pour qu'il soit le plus représentatif possible.

- "Je veux faire un pansement à ...". "Où s'est-elle fait mal?".

Devant son intérêt pour les poupées et sa capacité à formuler des demandes leur étant destinées, j'ai réalisé un cahier de communication qui porte exclusivement sur ses poupées pour développer la communication, accroître son vocabulaire et améliorer la structure de la phrase.

SAM_2112.JPG

Cette idée a beaucoup plu à Camille qui s'est appropriée ce classeur en l'espace d'un week-end. Elle l'a initié à la sortie mensuelle de la ludothèque et les enfants et adultes ont participé à son "inauguration" : elle a comme souvent demandé à habiller les poupées, une jeune fille l'a incitée à utiliser le pictogramme "Aide-moi" et Camille était ravie.

Ce cahier spécifique a plusieurs objectifs :

  • diversifier les demandes pour éviter que les rigidités s'installent,
  • élargir les activités et thématiques autour de ce centre d'intérêt,
  • maintenir son attention sur une demande en choisissant sa poupée et en précisant ses choix : vestimentaires (Camille ajoute au verbe s'habiller la préposition avec suivie de la tenue vestimentaire; elle se prend au jeu et accessoirise sa poupée: lunettes...Cf. Jeux structurés semi-autonomes et autonomes), médicaux (faire un pansement à la main, au coude...cela permet de réviser le vocabulaire et de généraliser les apprentissages sur le schéma corporel), nourrir ses poupées (intégrer le pictogramme "donner" à manger, travailler les quantités en mettant le couvert pour trois poupées)... Son cahier comprend donc :

- les verbes d'action pouvant être utilisés avec les poupées;

SAM_2126.JPG

- les compléments (biberon, poussette...);

SAM_2127.JPG

- les photos de ses poupées : Qui?;

poup.jpg

- les vêtements et accessoires (Cf. Jeux structurés semi-autonomes et autonomes );

- les lieux avec les prépositions pouvant être utilisées (sur, dans, sous);

SAM_2123.JPG

- les parties du corps.

SAM_2125.JPG

- Lorsque nous sommes au rez-de-chaussée et qu'elle veut monter à l'étage, ou inversement, et qu'elle me montre où elle veut aller, je l'incite à répondre à la question "Tu veux aller où?" en insistant sur le . J'apprends à Camille à avoir l'automatisme de prendre son cahier de communication pour formuler des demandes qu'elle n'a pas l'habitude de faire. Dès qu'une même situation se présente avec une demande simulaire, je répète la phrase en la guidant si besoin pour placer les pictogrammes sur sa bande-phrase.

Camille a fait un bond en avant dans l'utilisation de ses cahiers de communication, la formulation de la phrase et la diversification des demandes. Elle l'utilise en permanence à la maison, se lève en me complétant une bande-phrase, me fait de plus en plus de commentaires et le transporte avec elle. Elle en a compris l'utilité et le sens : reste à le généraliser dans les autres lieux et à multiplier les demandes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille - dans PECS et Makaton
commenter cet article

commentaires

milie 10/02/2013 10:23

Merci pour cet article qui sera bien utile pour Gabrielle, fan de fée clochette et de souris.Je pense egalement qu'il faut se servir des centres d'intéret de nos enfants dans leurs apprentissages.
je te dirais bien que les progres de Camille sont incroyables, mais non, c'est parce que tu a créé cette progression! Bravo à toutes les deux!

virginie 30/01/2013 20:36

Encore bravo pour ce travail!!!!

lacomare ghiselaine 16/01/2013 07:34

Bravo pour ce travail de titan, mais quelle retombée sur Camille ! Et bonjour aux deux nouvelles poupées et lapin !!!