Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un brin de légèreté

Petit télégramme à l'usage des lecteurs

Cherche un électricien pour rétablir le courant entre les gens qui ne se parlent plus...un opticien pour changer le regard des gens...un artiste pour dessiner un sourire sur tous les visages...un maçon pour bâtir la paix...et un professeur de maths pour ré-apprendre à ...compter les uns sur les autres...

 

Merci à vous.

Recherche

26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:47

1. L'histoire de Camille

Camille est née en juin 2004. Dans les premiers mois, elle se développe normalement, accroche le regard, sourit...et pourtant elle a de fortes angoisses que je ne trouve pas "normales" pour un nourrisson et surtout, elle est inconsolable. Elle peut avoir le regard vague, est d'un calme olympien (un peu trop à mon goût) : on me dit qu'"elle est sage comme une image"... Quelquefois me vient l'idée de l'autisme,  mais bon...elle interagit, elle regarde autour d'elle, ça ne correspond pas à la présentation et aux enseignements de mon cursus universitaire en psychologie clinique : alors, pourquoi s'inquiéter?


C'est un hochet chinois Camille a 7 mois.


Elle marche à 15 mois et là, tout change. Camille, qui est en collectivité, commence à toucher à tout, allumer/ éteindre les interrupteurs, ouvrir/fermer les portes; elle ne joue pas aux jeux de faire-semblant comme les autres enfants; elle passe beaucoup de temps à chipper les sucettes de petits; elle fait des drôles de sons lors de l'endormissement, me dit-on...La directrice formule des questions cachées de type : est-ce qu'elle n'entend pas ou elle n'écoute pas?...Je ne comprends pas trop où elle veut en venir.

Camille a 2 ans : elle dit peu de mots (maman, papa, non). Je commence à m'inquiéter de ce retard de langage. Ajouté au fait qu'elle est insensible à la douleur. 

PICT0392.JPG

Sur les conseils de ma collègue psychologue, nous allons rencontrer en août 2006 une pédiatre avec une spécialisation en psychologie clinique et pathologique pour un conseil de guidance, quant au retard de langage et à l'instabilité motrice. Sont soulignées : 

  •  " des acquisitions parfaites pour son âge
  • Très active limite instabilité psychomotrice ne semblant pas pathologique
  • des activités construites peu durables
  • un bon contact social/ est très dans la communication/ très bon sommeil ».

Ces éléments me remettent en confiance. Camille reprend la crèche en septembre 2006 et là, j'ai un premier électrochoc. Je retrouve les enfants de son groupe et  constate leur progrès sur le langage et l'autonomie (notamment la propreté et l'habillage). La directrice revient à la charge et me conseille d'aller consulter un pédopsychiatre...que je peux trouver dans les pages blanches de l'annuaire. Bref, en fonction de mon secteur géographique, je les appelle un par un, non sans peine puisqu'il faut compter plusieurs mois d'attente. J'insiste auprès d'un professionnel à 5 minutes de mon domicile et nous obtenons un premier rendez-vous en octobre 2006.

→Octobre 2006 - octobre 2007 : prise en charge en libéral avec un pédopsychiatre 1 séance toutes les deux semaines. Cette prise en charge est interrompue suite à un déménagement.

Décembre 2006: En parallèle, je suis les indications de la crèche pour déceler un éventuel problème d'audition. L' oto-rhino-laryngologue ne constate aucune défaillance auditive. Le retour est fait à la crèche, laquelle me conseille un bilan au C.A.M.S.P. Devant la difficulté à communiquer et face aux propos discriminatoires envers Camille (entre autre, la psychologue me dit "réguler l'équipe toute les semaines pour ne pas qu'ils la prennent en grippe") - que je trouve entre () scandaleux pour un professionnel quelque soit le handicap et les difficultés- je décide de ne plus poursuivre en crèche.

Janvier 2007 : Camille est désormais chez une assistante maternelle que je connais puisqu'Aurélia m'était initialement orientée pour un accompagnement socio-professionnel dans le cadre d'un parcours de reconversion. C'est une ancienne aide-médico-psychologique qui  correspond parfaitement à mes attentes, dès notre première rencontre. Elle s'est occupée de Camille jusqu'à ses 3 ans 1/2 puisque j'ai choisi de ne pas scolariser Camille à 3 ans. Ca a été une très belle relation entre Camille et Aurélia. Nous sommes toujours en contact et Camille adore retrouver son ancienne nounou pour un déjeuner (notamment le Mac Do car c'est Aurélia qui a amenée Camille pour la première fois) ainsi que son compagnon et son bébé.

Mars 2007 : Mise en place de séances hebdomadaires en psychomotricité (30 minutes) en libéral.

Mai 2007  : 1er rendez-vous au C.A.M.P.S. Polyvalent avec un neuropédiatre. S'ensuivent une batterie d'examens médicaux : 

  •  électroencéphalogramme en avril 2007 : aucune anomalie de repérée
  •  prise de sang (étude génétique) en mai 2007 : demande de caryotype (Syndrome de l’X Fragile, recherche de micro délétion 22Q11= négatifs).
  • Mai 2007 : consultation orthoptique  : strabisme divergent = port de lunettes : IRM indiquée
  • Janvier 2008 : I.R.M.= négatif.

PICT0415.JPGCamille a 3 ans et déjà fan de Hello Kitty.

 

 Septembre 2007 :  mise en relation du pédopsychiatre avec le pédopsychiatre du CAMPS, pour étayer une prise en charge vers l’hôpital de jour de notre secteur géographique : aucune place de disponible.

Février 2008 :

  • Dernière consultation au C.A.M.S.P.
  • Rencontre avec la directrice de l'école de notre commune où nous avons emménagé en septembre 2007 pour une intégration en petite section de maternelle (septembre 2008) avec un aménagement de la scolarité et prise en charge en hôpital de jour.
  • Prise de contact avec l'enseignant référent de notre secteur pour étudier les modalités de la scolarisation : une réunion avec l'équipe éducative est programmée en mars.
  • Bilan orthophonique initié avec prise en charge hebdomadaire proposée d'une séance
  • Prise de contact avec le psychologue du C.M.P. de notre secteur pour étayer la demande d'A.E.E.H. et d'A.V.S. auprès de la M.D.P.H. De par notre demande et l'absence de prise en charge proposée pour le moment en hôpital de jour, celui-ci nous reçoit rapidement et nous propose un suivi hebdomadaire.
  • Premier rendez-vous avec le chef de service de l'hôpital de jour pour réaliser un bilan.

Mars 2008 : le diagnostic de TED non Spécifié est donné. Camille a alors presque 4 ans.

En l'absence de mode de garde, je prends un congé de présence parental(Cf. Le Congé de Présence Parentale) de 3 mois à temps complet. 

Ce même mois, nous mettons en place des séances mensuelles en psychophanie (Cf link), lesquelle me permettront de mieux comprendre le ressenti de camille.

Juin 2008 : Camille est prise en charge à l'hôpital de jour 4 1/2 journées par semaine. En complémentarité, l'école l'accueillera sur 3 matinées hebdomadaires, dès la rentrée de septembre avec AVS-I.

 


2. Les signes précoces de l'autisme

  • Les signes d'alerte
  •  Avant 2 ans :

- Passivité

- Pauvreté de la réactivité/ réactivité sociale

- Difficulté d’accrochage visuel

- Difficulté d’attention conjointe

- Retard de langage

- Absence de pointage

- Absence de désignation d’objet

- Absence de jeu de faire semblant.

 

  •  Autres signes d’alerte

- Régression dans le développement relationnel ou le langage

- Inquiétude des parents pour le développement, relationnel du langage

- Antécédents de T.E.D. dans la fratrie.


  • Les signes d'alerte absolue

  - Absence de babillage, pointage ou autres gestes sociaux à 12 mois

- Absence de mots à 18 mots

- Absence d'association de mots (non écholaliques) à 24 mois

- Régression du langage ou des compétences sociales.

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 08:56

1. "J'associe des mots! Qui fait quoi?"

A partir d'un nouveau jeu (merci papy Alain et Sylvie ), Camille commence à associer un objet avec le métier correspondant.

DSCN2984.JPGDSCN2745

Dans une colonne, j'y mets les métiers, dans la deuxième les objets indiquant le métier. Elle doit associer les 2 images correspondantes. Camille progresse bien sur ce jeu: au départ, elle avait une connaissance resreinte des métiers (facteur, cuisinier, institutrice, infirmière). Maintenant, elle les associe  presque tous.

Dans la rubrique Puzzles, vous y trouverez le descriptif :  Puzzles.

 

2. Fiches d'actions images/ pictogrammes

J'ai également imprimé des fiches portant sur les actions et associant une image avec un pictogramme. Camille est peu familiarisée aux pictogrammes. C'était donc une première approche.

DSCN3143.JPGDSCN3144.JPGDSCN3145.JPGDSCN3147.JPG

Finalement, il s'agit d'actions de la vie quotidienne que Camille appréhende bien. Elle a eu des difficultés sur les actions "écouter" et "marcher".

Vous pouvez trouver ces fiches sur le blog d'Alexandre

 

3. Les pièces de la maison

J'ai également téléchargé sur le blog d'Alexandre des fiches sur les différentes pièces de la maison et les objets qui y sont associés. Ces fiches permettent aussi d'introduire, de manière indirecte, la notion d'intrus.

DSCN3149.JPGDSCN3150.JPGDSCN3151.JPG

DSCN3152.JPG

Camille a associé les objets aux pièces avec facilité. Elle a été particulièrement réactive sur "ce que l'on fait dans la cuisine".

Partager cet article
Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 16:27

Camille a débuté un travail de reconnaissance sur l'expression des émotions. A partir de 3 visages totalement vierges (seuls sont dessinés l'esquisse du visage ainsi que le cuir chevelu), Camille doit compléter les éléments du visage (sourcils- yeux, nez et bouche)  selon 3 émotions: content, méchant et en colère.

DSCN3019.JPGDSCN3021.JPG

Partager cet article
Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 08:42

Nous avons de nombreux jeux qui comportent une multitudes de jetons et petites pièces. Ainsi que de nombreuses photos miniatures imprimées et plastifiées pour développer un système de communication alternative. Afin de ne pas les égarer, nous avons demandé à mamie Ghys de nous confectionner des pochons car elle s'est, depuis peu, mise à la couture.

Voici quelques photos de ces créations : 

POCHONS-1.jpgPOCHONS-2.jpg

DSCN3005.JPGDSCN2304

pochons2.jpgDSCN3045.JPG

POCHONS-5.jpgPOCHONS-4.jpg

Vous les retrouverez, ajoutées à d'autres créations uniques, sur son blog Un jour...un sac

artimage_521526_3703191_201110154238781.jpgartimage_521526_3849775_201112225009187.jpgartimage_521526_3849777_201112225051116.jpgartimage_521526_3679898_201110050504220.jpgartimage_521526_3677844_20111004322589.jpgartimage_521526_3716290_201110224445527.jpg


 

Outre les aspects esthétique et pratique de ces pochons, ils font travailler Camille sur la motricité fine et l'attention.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 22:08

Nous commençons un travail sur les catégories à partir d'une banque d'images et deux maisons représentées sous forme de dessins côte-à-côte.

Ici, il s'agit de classer un nombre de photos déterminées au départ de l'activité et de les répartir en 2 catégories : 

  • l'alimentation
  • les vêtements

DSCN2978.JPG

 

Autres exemples de catégories :

  • les jouets
  • les moyens de transport
  • des objets qui roulent....

 DSCN3003

Mamie Super, l'arrière-grand-mère maternelle de Camille, lui a offert pour ses 7 ans un logiciel constitué d'une banque de 800 images : pratique pour créer des supports de jeu et de communication alternative!  C'est en cours d'élaboration...

DSCN2999.JPG

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 20:58

    Je lis, actuellement, un ouvrage destiné aux parents d'enfants présentant un retard de développement (autisme, déficit d'apprentissage, déficience intellectuelle, troubles du développement...) : L'autonomie pas  à pas : enseigner les compétences quotidiennes aux enfants ayant des difficultés d'apprentissage.

L-autonomie-pas-a-pas.jpg

Il est fondé sur un a priori simple : les parents sont les premiers et les plus influents éducateurs de leurs enfants. L'objectif de ce livre est d'aider les parents à enseigner à leur enfant tout ce qui lui permettra d'acquérir la plus grande autonomie possible dans tous les domaines de la vie quotidienne: hygiène, propreté, vie à la maison, jeu...Mais aussi les compétences de base de l'autonomie dans la cité : l'argent, l'heure, la compréhension des mots essentiels.

Au fur et à mesure de ma progression dans cet ouvrage, je vous propose d'y noter les éléments essentiels sur les thématiques suivantes du livre : 

  • la sélection d'une compétence à travailler
  • la préparation des étapes
  • les récompenses
  • la mise en scène
  • l'enseignement
  • les progrès et les résolution des difficultés
  • les compétences d'autonomie
  • la propreté
  • l'autonomie personnelle
  • les compétences domestiques
  • les compétences scolaires fonctionnelles
  •  les problèmes de comportement.

 

L'habillage, la propreté et l'alimentation seront particulièrement développés puisqu'il font l'objet du P.E.I. (Cf. Elaboration du PEI) de Camille.


Quelques extraits :

I. Les bases de l'enseignement

A. Sélectionner une compétence

Points clefs à considérer quand on choisit une compétence

  • Que faites-vous actuellement à la place de votre enfant?

           Dans un premier temps, observez la journée type de votre enfant et faites une liste de choses que vous faites pour lui, et une liste de ce qu'il pourrait faire lui-même.

Quelques exemples pour Camille

→ Habillage : pour débuter, enfiler sa culotte et son pantalon (et intégrer le sens); boutonner/ déboutonner; engager une fermeture éclair

→ Propreté : se coiffer et se laver les dents

→ Tâches domestiques courantes : la mise en place du couvert. Elle le fait lorsqu'on lui demande et de manière spontanée mais a des difficultés sur la quantité, la disposition des couverts et l'organisation des tâches. Je lui propose donc cette image pour l'aider :

DSCN2997

→ Jeu: apprendre à jouer seule

→ Motricité autour du ballon (lancer, réception) et de la relaxation

 

  • Quelles activités l'enfant désire-t-il apprendre?

Observez très attentivement l'enfant pour voir ce qu'il désire apprendre. Il peut vous le dire directement ou vous l'indiquer, par exemple, en tentant d'étaler son beurre sur un couteau.

→ Découper sa viande

→ Mettre son blouson sur un cintre puis sur le porte-manteau.


  • Quelles activités l'enfant est-il prêt à apprendre?

Souvenez-vous qu'au cours de la croissance et du développement de l'enfant, certains comportements apparaissent selon un ordre naturellement établi : par exemple, manger avec une fourchette précède le fait d'être capable de couper sa nourriture avec un couteau.

Recherchez des indications, dans ce que votre enfant fait et s'amuse à faire, pour vous aider à trouver ce qu'il serait approprié de lui apprendre.

→ Se laver les dents avec au préalable, l'apprentissage du rinçage de la bouche.


  • Quel comportement voulez-vous lui enseigner?

Commencez par un comportement que vous jugez important pour l'enfant.

Le comportement important à enseigner : l'habillage.

 

B. Préparer des étapes

Nous devons donc, d'abord et avant tout, décomposer l'activité que l'on veut enseigner en plus petits éléments afin que chacun soit facile à aborder pour l'enfant. Ceci s'appelle l'analyse des tâches.

La règle principale consiste à procéder petit à petit. Ne passez à l'étape suivante que lorsque votre enfant sera prêt à le faire. L'erreur courante est d'exiger trop de l'enfant.

 

C. Donner des récompenses

L'apprentissage a toujours été quelque chose de compliqué pour un enfant qui a des difficultés. Il a déjà connu les demandes trop compliquées, les objets incompréhensibles et souvent le même résultat désolant : l'échec. Avec l'échec comme perspective, il n'est pas étonnant que votre enfant ait peu envie de s'attaquer à l'apprentissage de nouvelles tâches. Ainsi, bien qu'il y ait beaucoup de choses qu'il aimerait être capable de faire, il est plus sécurisant pour lui de se reposer dans une routine où c'est vous faites les choses.

  • Des récompenses pour apprendre

De façon générale, nous agissons comme nous le faisons parce que nos comportements nous apportent des avantages tels que de l'argent (notre salaire), l'approbation des autres (des félicitations, un sourire), l'espoir de bons moments à venir (vacances) ou tout simplement la satisfaction d'un travail bien fait. Toutes ces choses ou d'autres, peuvent servir comme agents de renforcements à nos comportements. Leur influence sur notre comportement provient du fait que ce sont des choses agréables ou ayant une valeur pour nous. Le comportement d'un enfant est influençable de la même façon. Ainsi, les comportements suivis de conséquences agréables sont plus susceptibles de se répéter.

 

          Les félicitations et les récompenses

Dans la situation d'apprentissage, l'enfant peut se comporter d'une des quatre façons suivantes:

  • Il ne réagit pas (il est distrait et regarde par la fenêtre).
  • Il peut faire autre chose que la tâche exigée (il crie "non", pleure ou s'enfuit hors de la pièce).
  • Il fait un effort sérieux (il ne réussit pas complètement, mais essaie sérieusement).
  • Il réussit l'exercice.

Les deux derniers exemples sont des comportements souhaitables et doivent être récompensés immédiatement. Les deux premiers sont des comportements indésirables et ne doivent jamais être récompensés.


  • Les types de récompenses

          L'attention

 Comme votre attention enthousiaste est une récompense réellement puissante, et parce qu'elle peut très efficacement accroître le comportement qu'elle suit, vous devez être très attentif à l'utiliser prudemment. Après tout, les hurlements, les critiques, les supplications sont aussi des formes d'attention. Elles ne sont pas aussi plaisantes que les bises et les sourires, mais elles montrent aussi à votre enfant que vous lui accordez de l'attention, et peuvent, pour cette raison être considérés par lui comme des récompenses. Comme toutes les récompenses, elles peuvent accroître la survenue du comportement, aussi indésirable soit-il.

Essayez de ne prêter attention qu'à des comportements souhaitables. Si l'enfant réussit un exercice (ou fait une tentative sérieuse), félicitez-le, embrassez-le, souriez-lui ou exprimez-lui naturellement votre satisfaction de la façon qui vous convient le mieux.

 

         Les snacks

Les snacks sont de très petits morceaux de nourriture ou de boissons. Ce sont généralement les choses que la plupart des enfants aiment (un petit morceau de gâteau, des céréales, un raison, un jus de fruits). Utilisez les snacks que votre enfant aime, et changez-les s'il semble s'en lasser au bout d'un moment. Utilisez ces récompenses quand votre enfant a faim ou soif et qu'il est le plus scusceptible de le désirer. Puis, accompagnez toujours les snacks d'une félicitation.

Dès que l'enfant réussit, ou fait une tentative sérieuse pendant la session s'apprentissage, donnez-lui un snack immédiatement, accompagné de félicitations. Chaque fois que votre enfant commence une nouvelle étape (et donc nécessairement plus difficile) dans son programme d'apprentissage, donnez-lui un snack pour chaque réussite. Une fois que vous voyez qu'il a commencé à maîtriser l'étape, ne lui donner plus qu'un snack pour deux réussites complètes, et après trois ou plus.

Avant que vous ne continuiez l'étape suivante, votre enfant doit être capable de faire la nouvelle chose apprise avec comme seule récompense votre attention. N'arrêtez jamais vos félicitations.

 

  • Les activités

Pratiquement tout ce que l'enfant aime peut être utilisé comme une récompense assez efficace dans l'apprentissage de nouvelles compétences. La liste est sans fin: écouter un disque, jouer aux jeux préférés, faire une marche, faire un gâteau, jouer avec la poupée préférée, regarder la télévision...

Utiliser les activités préférées, pour motiver à faire celles qui le sont moins, est parfois appelé "la loi des grand-mères". Les grands-mères étaient toujours suffisamment sages pour dire "mange ta soupe et tu auras du dessert". Leur sagesse pourrait se traduire ainsi: une activité qui plaît moins à un enfant peut servir d'agent de renforcement à un autre qu'il aime moins. D'abord l'activité la moins souhaitée, ensuite l'activité préférée.


  • Les jetons 

Au lieu d'associer, chque fois, une activité appréciée à une tâche que l'enfant n'aime pas faire, les parents préfèrent souvent utiliser une récompense échelonnée sur une période de temps donnée. Aussi, pour maintenir  élevée la motivation de l'enfant, lui donnent-ils des jetons (points...). Le jeton peut être représenté par n'importe quoi. Comme l'argent, il a une valeur dans la mesure où il est échangeable contre quelque chose que l'enfant désire. Il sert de lien entre l'activité effectuée à un moment donné et la récompense à venir plus tard.

Initier un enfant à un système de jetons est fort simple, mais vous devrez le faire progressivement, par étapes.

 

     Utiliser des jetons

Peu importe le type de jetons que vous décidez d'utiliser (des pièces, des jetons plastiques,...), cela va prendre un certain temps à votre enfant pour apprendre que c'est important pour lui de les gagner. Vous devez commencer par faire des échanges immédiats de jetons par des récompenses qu'il aime. Au début, faites-le d'une manière évidente et empathique. Récompensez-le pour le travail qu'il a fait et donnez-lui un jeton. puis, immédiatement, faites-lui donner le jeton pour que vous lui donniez une récompense. Dites-lui ce que vous êtes en train de faire pendant que vous le faites. "Bon travail, Francis, tu as lavé tes mains sans qu'on te le demande! Regarde, je le marque ici (faites une crois dans le tableau et mettez le tableau dans la main de Francis). C'est pourquoi cette croix? Parce que tu t'es lavé tout seul. Maintenant, donne-moi le tableau et regarde ce que tu as gagné : un gâteau. Continue!"

Progressivement, faites que l'enfant économise les jetons pendant des périodes de temps plus longue (5 minutes, 15 minutes puis jusqu'à la fin de la journée) avant de faire l'échange avec la récompense. Si c'est nécessaire, revenez à des échanges immédiats pour raviver son intérêt dans le système des jetons.

 

Un programme de jetons présente une bonne opportunitépour apprendre à votre enfant à faire des choix.

Le jeton est une récompense efficace. Il est important de respecter une certaine ligne de conduite:

  • Précisez toujours préalablement le comportement attendu qui permet d'obtenir des jetons, ainsi que le nombre de jtons qu'il recevra. Votre enfant ne doit jamais s'imaginer que les jetons ont été obtenus par la chance ou le hasard.

  • Assurez-vous de pouvoir compter sur une variété de récompenses à échanger contre les jetons de votre enfant. En vous reportant aux goûts et préférences de votre enfant, établissez la valeur des divers renforçateurs. Par exemple, un soda coûtera deux jetons, une émison de télé trois jetons, une paire de patins 60 jetons.

  • Si possible, impliquez votre enfant dans le choix de la tâche à apprendre et des récompenses qu'il désire recevoir. Utilisez le programme de jetons comme un moyen pour apprendre à faire des choix.

  • Encore une fois, tenez toujours vos promesses. Un programme basé sur un système de jetons est efficace à la condition d'en respecter la valeur d'échange. Une fois que les jetons sont gagnés,les jetons sont à lui, et ils ne doivent pas être retirés même en cas de mauvais comportement.

 

  • Les récompenses rendent l'apprentissage facile et agréable à votre enfant.

          Récompenses possibles :

  • Boire un coca
  • Manger une glace
  • Manger des chips
  • Aller donner à manger aux oies et canards
  • Aller au Mac Donald's
  • Aller faire les courses
  • Aller à la Poste
  • Se promener
  • Aller rendre visite à quelqu'un.

 

D. La mise en scène

  Quelle que soit l'attention avec laquelle vous avez imaginé votre programme d'enseignement sur le papier, il ne donnera un bon résultat que si vous avez préparé la mise en scène avec une égale attention.

 Souvenez-vous que votre but est d'établir une mise en scène qui indique aussi clairement que possible à l'enfant les comportements permis et attendus et ceux qui ne le sont pas. Une mise en scène appropriée à l'enseignement signifie, donc, que vous organisez préalablement la situation de façon à simplifier le plus possible les exigences d'une tâche et, réduisez le plus possible les risques de distractions.

 

  • La mise en scène pour enseigner

 


 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 20:11

Il existe un outil de dépistage, utilisé lors du bilan de développement dès 18 mois par le médecin généraliste ou le pédiatre, appelé le C.H.A.T. : CHecklist for Autism in Toddlers.

Le C.H.A.T. est constitué de deux questionnaires : l'un réservé aux parents, l'autre au médecin ou travailleur social. Le questionnaire pour les parents compte 9 items qui testent plusieurs domaines de développement, dont ceux qui intéressent l'autisme mais aussi d'autres domaines, comme par exemple le développement moteur. Le questionnaire destiné aux examinateurs extérieurs comptent 5 items spécifiques à l'autisme.

Cette première étude a permis de détecter 4 cas d'autisme chez le groupe d'enfants à risque (10%); le diagnostic d'autisme a ensuite été confirmé à l'âge de 30 mois.

En outre, l'étude a pu prédire que les éléments psychologiques pouvant prédire l'autisme à l'âge de 30 mois incluent 2 ou plus des comportements suivants, présents à l'âge de 18 mois:

  • Absence de jeu de faire-semblant
  • Absence de langage proto-déclaratif
  • Absence d'intérêt social
  • Absence de jeu social
  • Absence d'attention conjointe.

A la suite de cela, une étude à grande échelle a été menée en 1996 en Angleterre sur un échantillon de 16000 enfants âgés de 18 mois.

Cette nouvelle étude a révélé que 3 items du C.H.A.T. peuvent prédire de façon précise un diagnostic d'autisme:

  • Absence de langage proto-déclaratif
  • Abence de comportement d'attention conjointe
  • Absence de jeu de faire-semblant.

Si un enfant de 18 mois échoue systématiquement à ces 3 items, il y a 83% de chances qu'il sera, par la suite, diagnostiqué autiste.


 Vous trouverez sur ce lien les deux questionnaires accompagnés de la grille d'interprétation : link.

 

En conclusion, le C.H.A.T. peut être considéré comme un bon outil précoce de l'autisme, puisque les enfants détectés positifs au test ont presque tous reçu par la suite un diagnostic d'autisme.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 19:38
  • "Elle s'appelle Sabine" de Sandrine Bonnaire
Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 07:26

Nous avons commencé, la semaine dernière, des activités de classement et l'examen de caractéristique d'objets : petit, moyen, grand...vers la distinction, la comparaison et l'association de différents critères : forme (carré, rond rectangle, triangle...), taille et couleurs. 


1. La taille

La notion intermédiaire de Moyen reste encore difficile pour Camille. 

clowns 2ours

Ici, nous abordons la taille des personnages en fonction de leur âge.

grandeurs-taille1.jpg

Ce document est téléchargeable sur le blog d'Alexandre : cliquez ICI :link

 

2. Les formes

Pour travailler les formes géométriques, nous utilisons comme outils :

  • des fiches PS de maternelle ainsi que différents jeux de manipulation et coordination manuelles.

DSCN3022DSCN3024

DSCN3117

  • A partir d'une abaque que l'on peut trouver chez Wesco (link), j'ai demandé à Camille de compléter l'empilement des éléments en fonction de leur forme: ronds, carrés, étoiles, losanges fleurs. 

       → Cet exercice s'est révélé difficle pour Camille (non pas qu'elle ne reconnaisse pas les        formes) puisque jusqu'ici l'ensemble des exercices portaient sur le critère couleur. Or,          la consigne porte maintenant exclusivement sur la forme.

formes géométriquesAbaque

Cet exercice demande à être retravaillé dans les prochaines semaines.

  • Le jeu Formes et Couleurs de Ravensburger (chez Amazon) pour : 

          - manipuler des formes géométriques et des couleurs

         - identifier 4 formes différentes (le rond, le carré, le triangle et l'hexagone) et 4                            couleurs (rouge, bleu, vert, jaune).


jeu-formes-et-couleurs.jpg

Ce jeu consiste à compléter des scènes avec les formes de couleurs correspondantes. L'enfant doit identifier pour chaque scène 4 formes plastiques qui manquent. En complétant les trous de chaque image, il vérifie que la forme s'encastre parfaitement et que sa couleur est identique à celle du trou.

→ Par ces manipulations simples, l'enfant apprend à maîtriser concrètement le repérage des formes et des couleurs, notions très importantes pour lui permettre de mieux se repérer dans l'espace et dans son environnement.

jeu-formes-et-couleurs-2.jpgjeu-3.jpg

Lors de la première manipulation de ce jeu, j'ai posé à côté de chaque planche les 4 pièces correspondantes. Le maniement a été aisé pour Camille, de même que la reconnaissance des formes. La prochaine fois, nous mélangerons donc l'ensemble des pièces et ce sera à Camille de trouver celles associées aux trous.


Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 07:28

1. Mon expérience

Il y a de cela 3 ans, au regard des difficultés rencontrées par Camille en collectivité (crèche) et de son agitation incessante, j'ai privilégié le mode de garde par le biais d'une assistante maternelle. La scolarisation en petite section de maternelle me semblait, alors, inapropriée. 

L'assistante maternelle de Camille, Aurélia, était déjà sensibilisée au handicap puisqu'elle avait jusqu'ici exercé la profession d'Aide-Médico-Psychologique et qu'elle se trouvait elle-même en situation de reconversion professionnelle suite à une inaptitude prononcée sur son poste de travail. 

Suite à une grossesse difficile de cette dernière, il a été prescrit et de manière inopinée un arrêt de travail de sorte que nous nous sommes retrouvées sans mode de garde et sans famille sur notre région.

Après m'être informée des droits existants sur ce sujet, j'ai pris connaissance des modalités d'accès au Congé de Présence Parentale et en ai formulé une demande auprès de mon employeur.

Le  Congé de Présence Parentale met à disposition d'un salarié une réserve de jours de congés pour s'occuper d'un enfant à charge atteint d'une maladie, d'un handicap ou victime d'un accident d'une particulière gravité. Les critères invalidants de ce handicap nécessitent la présence soutenue et des soins contraignants. Cette prestation de la CAF permet donc d'éviter des situations dramatiques, telle que la démission d'un parent pour s'occuper de son enfant.

J'ai initialement pris 3 mois de congé à temps complet jusqu'à l'entrée en Petite Section de Maternelle de Camille; puis j'ai renouvellé mon congé sur une période d'1 an à temps partiel. Ce congé m'a permis, pendant près de 2 ans, de poursuivre une activité professionnelle à temps partiel (20 heures hebdomadaires) et de m'occuper de Camille sur les temps de non-prise en charge en structure (hôpital de jour et école élémentaire). En parallèle, je trouvais intéressant d'accompagner Camille certaines journées à l'école et à l'hôpital de jour pour faire le lien (puisque le congé de présence parentale ne peut se prendre sur des demi-journées); mais aussi de pouvoir bénéficier de journées complémentaires pour des examens médicaux (employeur à prévenir dans un délai de 48 heures).

 

2. Qu'est-ce que c'est? Comment en bénéficier?

Le Congé est attribué pour une période maximale de 310 jours ouvrés (soit l'équivalent de 14 mois) par enfant et par maladie, accident ou handicap.

Le salarié utilise cette réserve de 310 jours en fonction de ses besoins, espacée sur une période initiale définie dans le certificat médical, dans la limite maximale de 3 ans. Cette durée initiale fait l'objet d'un nouvel examen tous les 6 mois.

Le Congé peut être pris en une ou plusieurs fois, mais aucun de ces jours ne peut être fractionné (le salarié ne peut pas, par exemple, prendre le congé par demi-journée).

Pour en bénéficier, le salarié fait sa demande auprès de son employeur en lettre recommandée avec avis de réception ou remise en propre contre décharge au moins 15 jours avant la date souhaitée du début du congé. 

Il doit y joindre un certificat médical.


3. La situation pendant le congé

Le salarié ne perçoit pas de rémunération (si le congé est pris sur un temps complet), mais il peut bénéficier de l'Allocation Journalière de Présence Parentale.

Son contrat de travail est suspendu (temps complet). A l'issue du congé, le salarié doit retrouver son emploi précédent ou un emploi similaire avec une rémunération égale.

L'ensemble des avantages acquis avant le début congé sont conservés. 

Pour en savoir plus, cliquez ICIlink et link

 



Partager cet article
Repost0