Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un brin de légèreté

Petit télégramme à l'usage des lecteurs

Cherche un électricien pour rétablir le courant entre les gens qui ne se parlent plus...un opticien pour changer le regard des gens...un artiste pour dessiner un sourire sur tous les visages...un maçon pour bâtir la paix...et un professeur de maths pour ré-apprendre à ...compter les uns sur les autres...

 

Merci à vous.

Recherche

25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 19:34
Episode Camille et Léa, Juste ensemble! Saison 2

Episode Camille et Léa, Juste ensemble! Saison 2

Cette belle aventure a commencé il y a 2 ans. Un projet de loisirs et d'inclusion où 16 enfants partagent des activités ensemble.

 Voici le premier épisode de la saison 2 avec le binôme Camille et Léa. Vous pourrez y entrevoir très succinctement le PODD, fabuleux outil de communication que Camille utilise depuis moins d'un an.

Retrouvez aussi les épisodes de Juste Ensemble ! sur :
La chaine Youtube « Juste Ensemble !»
http://tinyurl.com/JusteEnsemble-YouTube
Le site internet Télé Canal Créonnais
http://www.telecanalcreon.fr/spip.php?article1526

Published by Camille
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 14:52

Pour poursuivre le travail initié sur l'identification des émotions sur table et en contexte, Camille poursuit ses activités avec différents supports :

  • Les émotibloks constitués de 6 personnages de 3 légos chacun, à assembler et créer. 6 émotions sont représentées : la joie, la colère, la tristesse, l'ennui, la surprise et la peur). Plusieurs façons de jouer peuvent être proposées : en autonomie, en associant le personnage à la carte émotion correspondante, en utilisant la carte-test et appariant la zone du visage correspondant à l'émotion du personnage....

 

 

 

 

Les émotions : généralisation et contextualisation
  • Les figurines Chokott qui permettent à travers 6 personnages d'apprivoiser 6 émotions : la honte, la joie, la tristesse, la colère, l'amour, la peur. Les personnages, en plastique et de petite taille, sont manipulables et peuvent être utilisés en contexte pour identifier une émotion et apprendre à la maîtriser.
Les émotions : généralisation et contextualisation
Les émotions : généralisation et contextualisation
Les émotions : généralisation et contextualisation
  • Histoires d'émotions (version photo) d'Orthomalin : plusieurs fiches ont été reliées en livret et permettent d'aborder les émotions principales à partir de visages exprimant la même émotion et de situations provoquant une émotion particulière.
Les émotions : généralisation et contextualisation
Les émotions : généralisation et contextualisation
  • De fiches représentant une situation et quatre propositions d'émotions ressenties par le(s) personnage(s) face à cette situation. 
Les émotions : généralisation et contextualisation
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 07:02

Voici deux livres pictographiés Petit ours brun réalisés pour deux jumeaux de 4 ans :

  • Petit ours brun fait de la musique
Livres pictograhiés Petit ours brun
Livres pictograhiés Petit ours brun
  • Petit ours brun casse un oeuf .

 

 

Livres pictograhiés Petit ours brun
Livres pictograhiés Petit ours brun
Published by Camille
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 12:49

 

Les centres d'intérêts évoluent et Camille devient une jeune fille. Acceptant depuis cet été de retourner chez le coiffeur et de se couper les cheveux (avec la puberté et l'hypersensibilité tactile à la tête, Camille acceptait difficilement d'être coiffée et n'a pas eu de coupe pendant plus d'un an), elle apprécie désormais d'être coiffée.

Il y a quelques mois, elle y est retournée pour :

  • une coiffure rapide
  • puis une coupe avec séchage rapide
  • puis une coiffure avec de nombreux élastiques en passant au préalable par le bac pour la première fois. 

 

Toutes ces étapes de désensibilisation lui ont permis, aujourd'hui, de réaliser une coupe  avec brushing! Le rêve quand la vie redevient normale par moments.

 

Classeur des coiffures
Classeur des coiffures
Classeur des coiffures
Classeur des coiffures

Pour qu'elle puisse choisir ses coiffures ou coupes chez le coiffeur ou à domicile, je lui ai fait un nouveau classeur de communication lui offrant de réaliser des choix avec des photographies sélectionnées. Cet outil lui permettra également d'attendre chez la coiffeuse en feuilletant son classeur et s'occupant de façon adaptée. Il ne manque plus qu'à insérer dans son PODD un picto de ce classeur!

  • coiffures avec barrettes et élastiques
  • coiffures avec tresses
  • coiffures avec queue de cheval
  • coiffures avec chignon
  • quelques coiffures avec décomposition des étapes (pour les coiffeuses autodidactes!).
Classeur des coiffures
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 12:47
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)

Je fais suite à ce billet de novembre 2015 dans lequel je présentais deux livres pictographiés des éditions Hemma, Mon cheval et moi : ICI. Voici le troisième désormais consultable ICI. Pour avoir la traduction à disposition (en pictogrammes), il vous suffit de me la demander.

Camille apprécie cette collection sur les chevaux constituée, pour chaque livre, de trois courtes histoires. J'ai choisi de pictograhier ce livre en dernier car les histoires sont plus longues et complexes à retranscrire avec de nombreux attributs, en comparaison des deux précédentes.

Voici les aperçus de chacune des histoires :

  • Première histoire
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
  • Deuxième histoire : 

Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
  • Troisième histoire
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
Livres pictographiés Mon cheval et moi (trilogie)
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 22:26
L'arrivée du PODD
  • La C.A.A. : choix de l'outil

J'ai découvert les premiers supports de Communication Augmentative et Alternative tardivement puisque Camille avait 6 ans. Nous avons introduit très progressivement le PECS (Cf. évolutionavec plusieurs classeurs distincts pour réduire les troubles attentionnelsLe classeur des poupées a été le déclencheur pour Camille qui s'est approprié le PECS en l'espace de quelques mois. Avec l'entrée de Camille dans l'imitation, quelques signes du Makaton ont parallèlement été introduits.

L'arrivée du PODD
  • Le PODD, qu'est-ce que c'est?

​Pragmatic Organisation Dynamic Display

"C'est un ensemble de classeurs de communication à base de pictogrammes. Ces classeurs ont une organisation du vocabulaire très spécifique (organisation "pragmatique" et "dynamique") qui doit permettre à l'enfant de dire "ce qu'il veut, à qui il veut, quand il veut".

C'est un langage complet (beaucoup de mots sont contenus dans le classeur), mais l'organisation spécifique permet d'élaborer des phrases des plus simples aux plus complexes.

Le PODD ne se limite pas à l'expression de ce que l'on veut, mais vise à permettre d'exprimer toute sorte de messages (dire comment on se sent, dire ce que l'on aime ou n'aime pas, poser des questions, exprimer ses émotions...).

Il existe de nombreuses versions de PODD (ouverture sur 1 page, 2 pages, 2 pages + rabat / accès codés, accès assistés / version électronique...) en fonction des difficultés motrices ou sensorielles de l'enfant, ainsi qu'une progression de classeurs avec un langage de plus en plus complexe (Cf. AFSA)".

  • Pourquoi le choix du PODD?
  1. Depuis approximativement un an , nous tournions en rond avec Camille. Nous avons introduit les commentaires de type "Je pense", "Je vois"...avec des activités ciblées sur de la description d'images ou des situations du quotidien. Toutefois, la communication restait limitée dans son versant expressif : hormis les demandes et quelques commentaires, l'expression de ressentis, l'échange d'informations, le questionnement étaient peu accessibles; les pictos sont manquants, il faut sans cesse les renouveler, ils se perdent par manipulation, tout le vocabulaire n'est pas balayé ni disponible...
  2. La réalisation d'une phrase à plusieurs éléments sur une bande-phrase avec une structure syntaxique de plus en plus complexe requiert de la patience et souvent, le locuteur perd les informations qu'il souhaite aborder en suivant. Tout simplement parce qu'à l'oral, l'échange se fait en simultané et que souvent l'interlocuteur n'attend pas la fin de la bande phrase du locuteur ou que s'il attend, il enchaîne sur autre chose. Si l'on pense au fait que la personne qui utilise le PECS doit à la fin de sa phrase ranger les différents éléments de celle-ci dans son classeur pour en amorcer une autre, c'est très vite décourageant.
  3. Avec la puberté, la communication devient souvent difficile et la patience s'amoindrit.  De nombreuses situations de frustration se développaient pour Camille qui utilisait plusieurs outils (Pecs, classeurs pictographiés, photos, carte image-mot...) sans pour autant parvenir à délivrer un message explicite et satisfaisant pour elle.
  4. Le PODD est utilisé avec un "partenaire" qui s'inscrit dans une interaction: il tourne les pages et verbalise ce qui se passe en modélisant. Il m'apparaissait comme un excellent outil pour converser et développer des échanges privilégiés. 

En échangeant avec plusieurs mamans sur les réseaux sociaux, j'ai découvert le PODD, outil qui m'a rapidement interpellé par l'organisation de son vocabulaire et son contenu (richesse du vocabulaire décliné en catégories, attributs, syntaxe...; vocabulaire prédictif sur chaque page pour faciliter la communication).

  • La personnalisation du PODD de Camille

​Un atelier PODD personnalisé était organisé sur Toulouse le mois dernier et je me suis lancée. L'avantage de ces ateliers est qu'ils sont pratiques et permettent, à l'issue d'une présentation thérorique de l'outil et d'une manipulation de différents PODD, de choisir le PODD adapté pour son enfant puis de le construire sur Boardmaker et de sortir de la formation le PODD en poche! J'ai frôlé la crise de panique car comme Camille utilisait depuis plusieurs années une banque de pictogrammes diversifiés (PECS, Makaton, ARASAAC), il a fallu en une journée réajuster sur Boardmaker les pages du PODD avec ses pictos. Un travail titanesque mais quel plaisir, après 2 jours 1/2 de formation, de partir avec le PODD de son enfant. Mais le plus émouvant a été de voir la réaction de Camille à la vue de son PODD : le sourire béat, les yeux qui pétillent lorsqu'elle l'a découvert et que j'ai modélisé des phrases inhabituelles de type "J'ai quelque chose à te dire", "Qu'est-ce que tu veux me dire: que le garçon est beau?" avec un joli sourire sur son visage quand j'ai exprimé l'idée. Une heure à consulter les pages, sa construction et elle s'est endormie avec.

Pour en savoir plus sur ces ateliers, le site internet de Mathilde (CAApables), sa page Facebook et son blog collaboratif A plusieurs voix

Ci-dessous, une illustration de la personnalisation de la rubrique 6A Personnes où il a fallu trouver dans la banque de pictogrammes des dessins représentatifs des personnes qui accompagnent Camille puisque les photographies sont proscrites. Petite Anecdote : pour le projet interassociatif d'inclusion que nous développons depuis 2 ans à l'association, j'ai choisi de noter les prénoms des enfants et intervenants, sans images. Simplement parce que Camille entre dans la lecture globale. Lorsque que nous avons pu échanger avec le PODD sur une rencontre des enfants Coccinelles et abeilles, je n'ai pas eu le temps de terminer ma phrase que Camille avait déjà anticipé et pointé le mot Léa!

Personnalisation d'une page de la rubrique Personnes sur Boarmaker

Personnalisation d'une page de la rubrique Personnes sur Boarmaker

  • Le choix du PODD

J'ai choisi, pour Camille, un livre de communication à accès direct s'ouvrant sur 2 pages avec rabat de 36 cases.

Il est facilement transportable puisque sa taille est inférieure au format A4 et qu'il ressemble à un agenda, parfait pour une adolescente qui a déjà l'habitude d'ouvrir ses classeurs PECS sur 2 pages.

Même si Camille descratchait ses pictogrammes pour constituer une phrase, elle avait déjà l'habitude de pointer du doigt les pictogrammes sur ses livres pictographiés de lecture du soir.

Par ailleurs, son vocabulaire était déjà bien étoffé avec une aptitude à constuire des phrases de 3 à 5 éléments. Elle était aussi en mesure de réaliser des débuts de commentaires.

Cela me paraissait risqué d'aller au-delà de 36 pictogrammes, de par les difficultés attentionnelles de Camille. De ce fait, aussi, le rabat avec les catégories disponible en permanence m'a semblé parfaitement adapté à Camille.

 
L'arrivée du PODD
L'arrivée du PODD
L'arrivée du PODD
L'arrivée du PODD
  • Vocabulaire et catégories

Le vocabulaire présent dans ce cahier est riche puisque les fonctions pragmatiques représentées comprennent par exemple la demande d’objets, l’action, la demande d’aide, les questions, l’expression d’opinions, le commentaire, la plainte, le refus, la protestation, l’expression des sentiments, l’identification, la description, l’accord, la réponse, l’information (attirer l’attention sur quelque chose), l’apport d’informations sur des événements actuels, passés ou à venir, la narration d’histoires, les consignes... 

 

 

L'arrivée du PODD
  • Camille et l'appropriation du PODD

Le PODD est devenu le nouveau compagnon de Camille. Elle a très vite repéré les pages qui l'intéressaient (personnes, lieux, travail éducatif, poupées, sport : cheval) et le transporte partout avec elle.

Nous avons commencé à l'utiliser par les deux premières pages puis Camille allant toujours plus loin dans l'interaction, nous avons commencé à choisir des branches pour élaborer des phrases complexes. Camille suit très bien, elle est intéressée par le fait que l'on peut vraiment échanger ensemble et très souvent, elle exprime son contentement de pouvoir approfondir les idées ou sa pensée.

Ce que j'apprécie le plus dans cet outil, c'est l'originalité de sa conception et l'aspect déductif qu'il implique: le vocabulaire disponible sur une page contient les liens possibles et de ce fait, on l'utilise avec une facilité déconcertante car il est très bien pensé. 
Je me suis aussi beaucoup amusée dans sa conception à ajouter des expressions qui me faisait penser à ce que pouvait ressentir Camille comme "J'en ai marre!", expression que j'utilise beaucoup lorsqu'elle a ses idées obsessionnelles en parlant de mon ressenti personnel et cela la questionne toujours.
Pour Camille qui a des idées obsessionnelles importantes, cela me permet d'enrichir son idée de base et de l'amener à l'élargir. Par exemple, elle souhaite voir une jeune fille. Camille l'associe au mot maison. Nous avons pu échanger dessus : "Est-ce que tu veux dire que tu aimerais qu'elle te rende visite?" "Oui".  Et elle m'a indiquée "travailler, écouter de la musique". 
Elle a, à un autre moment, pu me dire qu'elle était allée à la pharmacie (9b). Et comme je savais qu'elle s'était blessée, je suis allée à la page 3 "Quelque chose ne va pas" : "Tu as mal?" p4a puis j'ai tourné la page et à la page 4b, elle a pu pointé le picto pharmacie puis pansement car le pharmacien lui avait donné un pansement. Dans le PECS, cela était impossible tout simplement parce que ce vocabulaire n'est pas à disposition. 
 
L'arrivée du PODD
L'arrivée du PODD
L'arrivée du PODD

J'essaierai prochainement de vous présenter quelques vidéos pour vous montrer l'utilisation que nous en faisons.

Je suis ravie de ce support de communication qui dépasse mes attentes!

L'arrivée du PODD
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 22:14

Cet été, intéressée par les mariages, Camille a réussi à trouver par elle-même sur youtube des vidéos sur ce sujet : elle a commencé par visionner le déroulement de la soirée puis le mariage à l'église pour enfin s'intéresser aux préparatifs (essayage, maquillage, coiffure...). Aucun lien n'était pourtant enregistré sur ce sujet.

Parallèlement, j'ai rédigé à plusieurs reprises devant elle une liste courte de courses à ne pas oublier (4 à 5 mots). Lorsque j'ai formulé un peu plus tard dans la journée le fait de ne pas oublier tel produit, elle est allée me chercher le post-it et m'a pointé le mot correspondant. Cela m'a surprise et j'ai testé oralement d'autres mots de la liste. Aucune erreur!

Me voici donc à réfléchir à de nouveaux supports de lecture.

 

  • En lecture globale :

Je liste les mots courants connus, les mots utilisés dans le quotidien comprenant les personnes, les objets, les lieux et quelques actions. Ces mots sont retranscrits sur des pages avec à droite une image et à gauche le mot correspondant. Sur chaque page, figurent 4 mots avec une police de taille assez grande. 

 

En route vers la lecture (2)

L'activité plait à Camille qui mémorise vite, de sorte que j'étends le nombre de fiches. Pour éviter l'apprentissage des mots dans un ordre chronologique, je modifie la conception des fiches afin que tant les images que les mots puissent être descratchables; l'ordre présenté étant ainsi variable.

En route vers la lecture (2)

A Ikéa, j'ai trouvé il y a quelques mois un panneau dépliable sur les pièces d'une maison. Nous l'utilisons avec Camille pour nommer les pièces et objets de chaque pièce. Camille dispose de mots pour chaque pièce qu'elle apprend à positionner sur l'objet correspondant. Elle a souhaité commencer par la chambre très girly.

Les étiquettes sont classées pour chaque pièce dans des petites pochettes.

Ce support est également intéressant car il permet de maintenir indirectement les catégories; on peut aussi envisager d'autres types d'activités avec des playmobils...au gré des centres d'intérêt de son enfant et de son imagination.

En route vers la lecture (2)

Nous poursuivons également sur la lecture de livrets dans l'optique de développer les compétences d'autonomie

  • premier livret des éditions Lito qui aborde une thématique spécifique, la danse.

    Sur chaque page,une grande illustration se situe à gauche, avec un texte à trous sur la droite. Les dessins avec le mot correspondant ont été plastifiés pour pouvoir utiliser ce livret journalièrement.

  • livrets d'autonomie où sont insérées des phrases pictographiées à trou issues d'histoires que Camille a déjà lues.

En route vers la lecture (2)
En route vers la lecture (2)

Nous poursuivons les activités déjà présentées dans En route vers la lecture (1) et associons à la lecture globale de la lecture syllabique. Ce sont les deux voies d'entrée de Camille dans la lecture et nous en profitons :

Ecriture de mots à partir des syllabes pa - pe - pi - po - pu

Ecriture de mots à partir des syllabes pa - pe - pi - po - pu

  • La saisie de mots sur ordinateur se poursuit avec une grande progression de Camille qui peut désormais écrire seule un mot de 4 à 5 lettres en pointant au préalable chaque lettre.

Published by Camille - dans Lecture Autonomie
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 06:56

Pour développer les demandes pendant les repas, Camille dispose de différents outils créés pour faciliter les demandes en sélectionnant, au préalable, les pictogrammes pertinents. 

Un premier support permet de lui présenter les demandes courantes à table

  • aide
  • fini
  • attendre
  • boire
  • manger
  • eau
  • pain
  • sel
  • sauce (si elle mange une salade ou un plat accompagné d'une sauce)
  • d'autres éléments peuvent être ajoutés en fonction des besoins.
Feuille de route des repas

Feuille de route des repas

Un séquentiel du repas lui est présenté comprenant le déroulé du repas avec une bande-phrase à disposition :

  • une entrée
  • le plat de résistance
  • le fromage
  • le dessert
Les demandes au repas

Les pictogrammes sont sélectionnés à partir de son classeur de cuisine et des repas décomposé en catégories

  • verbes d'actions
  • ustensiles
  • boissons
  • légumes
  • plats
  • fromages
  • desserts
  • autres
  • quantités.
Les demandes au repas
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 19:50

Camille a souvent beaucoup de choses à dire : en dehors de ses classeurs de communication, elle utilise journalièrement ses albums photos et livres pictographiés. Néanmoins, la structuration de la phrase reste souvent incomplète ou se limite aux début de phrases qu'elle connaît : "je veux", parfois "je vois".

Cet été, en guidance, elle est parvenue à formuler la phrase suivante, en pensant à ses cadeaux d'anniversaire: "Je pense que p. va m'offrir une poupée".

Pour développer les commentaires, nous travaillons depuis peu sur le picto "Je pense".

Ce picto a été introduit dans le tome 3 du livre Mon cheval et moi

Introduction du picto "Je pense"

Pour Noël, Camille a reçu le jeu A quoi pensent-ils? de Webber. Sur chaque carte, une bulle vide matérialise la pensée des personnages ou des animaux.  

J'ai adapté le support en pictos. Dans son classeur de commentaires, Camille a un intercalaire où figurent les pictogrammes correspondant à 7 cartes jusqu'à présent sélectionnées.

  • Le garçon pense qu'il va pleuvoir
  • La femme pense à sa maison qui va être propre
  • La fille pense que sa glace est bonne
  • Le garçon pense à son genou qui lui fait mal
  • Le garçon pense à ce qu'il va s'acheter
  • La fille pense au dessin qu'elle va offrir à sa maman
  • La femme pense à la photographie qu'elle va prendre.
Introduction du picto "Je pense"

Parallèlement, nous commençons à introduire le "Je pense" sur le quotidien pour que Camille associe le pictogramme 

Published by Camille - dans PECS et Makaton
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 18:55

L'année 2015 a été marquée par les changements pubertaires de Camille associés à une forte croissance : une jeune fille encore plus complexe à comprendre, saisir qu'à l'accoutumée avec des états émotionnels exacerbés, une irritabilité et la résurgence de troubles du comportement.

Les sorties extérieures sont devenues difficiles à gérer au quotidien, de même que sa relation aux autres de sorte que notre vie sociale s'en est trouvée affectée.

Les troubles sensoriels, peu présents jusqu'alors, ont explosé et il a fallu travailler sur différentes problématiques et/ou zones corporelles :

  • les cheveux : Camille qui était habituée depuis son plus jeune âge à aller chez le coiffeur ne voulait plus être coiffée ou très succinctement. Elle est restée un an sans que l'on puisse lui couper les cheveux. Un de ses atout étant sa coquetterie, nous avons pu investir un coin beauté et mettre en place différents types d'activités : la pose de vernis, l'intérêt pour le maquillage, la réalisation de bijoux, les coiffures sur les poupées  au look plus ado puis des accessoires progressifs sur ses cheveux. Depuis cet été, Camille retourne régulièrement chez la coiffeuse pour une coupe, une coiffure; elle a même accepté, il y a peu, de mouiller pour la première fois ses cheveux au bac. 
En route vers 2016
  • les pieds : une zone qui a toujours été sensible pour Camille et que nous avons progressivement désensibilisée avec l'introduction de rituels au coucher (massages)
  • la zone orale : difficulté à se brosser les dents, passages réguliers chez le dentiste pour des contrôles et conserver une habituation aux soins dentaires.

Parallèlement à cela, l'intensification de la prise en charge psycho-éducative dans plusieurs lieux avec une généralisation des apprentissages a offert à Camille de développer ses compétences cognitives, de communication, attentionnelles et d'autonomie.

Là où Camille a réalisé des progrès flagrants, c'est l'autonomie dans les loisirs et l'autonomie domestique : le travail réalisé l'année précédente avec la systématisation de temps de travail, de procédures puis l'aménagement spatial de zones spécifiques à domicile nous a fait gagné en qualité de vie. Camille peut s'occuper désormais seule à domicile pendant 3 à 4 heures par jour, de façon adaptée et sans guidance et c'est un atout majeur! A l'association, l'aménagement d'un espace de travail autonome lui a aussi permis de davantage se détacher de l'adulte, de réaliser  et d'enchaîner différentes activités seule sur des durées de plus en plus longues.

Cela a nécessité la fabrication et l'achat de supports importants mais aujourd'hui, à titre d'exemple, Camille peut enchaîner 3 à 5 puzzles de 50 pièces, réaliser seule un puzzle de 100 pièces sans interruption, consulter ses albums photos, son ipad, faire ses recherches sur ordinateur, suivre la progression d'un ou plusieurs livrets d'autonomie...

Elle est aussi plus autonome en cuisine, peut sélectionner sans guidance les ingrédients et ustensiles d'une recette qu'elle connaît,commence à débarrasser la table, faire la vaisselle...

En route vers 2016

 

Son deuxième point de progression majeur, c'est sa relation avec les animaux. Elle a commencé à monter à poney en 2008, puis a très rapidement marqué beaucoup d'appréhension à les approcher malgré son envie de dépasser cette difficulté. Il en a été de même avec les chiens, les chats...Depuis 7 ans, Camille a toujours été inscrite sur des activités loisirs au contact avec les chevaux et de l'équithérapie.

Et surprise: elle monte d'elle-même à cheval depuis septembre, attend avec impatience sa séance hebdomadaire avec son cheval en multipliant les demandes et commentaires avec son PECS. Elle trouve même le moyen de me faire des commentaires à partir de ses livres pictographiés sur les chevaux dont elle attend chaque soir la lecture d'histoires. 

En route vers 2016
En route vers 2016
En route vers 2016

Avec les chiens, c'est un peu la même trajectoire. Camille réduit progressivement sa distance avec Dao, chien médiateur d'Ingrid, intervenante éducative au sein de l'association. Il y a à peine quelques jours, elle acceptait de lui donner un gâteau directement dans sa gueule.

 

 

En route vers 2016

De beaux progrès malgré une année éprouvante et éreintante! J'espère que 2016 sera plus sereine et légère avec de nouveaux objectifs en lecture, communication, autonomie.

Je vous souhaite à tous de belles avancées et de l'enthousiasme pour poursuivre encore et toujours.

Published by Camille
commenter cet article