Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un brin de légèreté

Petit télégramme à l'usage des lecteurs

Cherche un électricien pour rétablir le courant entre les gens qui ne se parlent plus...un opticien pour changer le regard des gens...un artiste pour dessiner un sourire sur tous les visages...un maçon pour bâtir la paix...et un professeur de maths pour ré-apprendre à ...compter les uns sur les autres...

 

Merci à vous.

Recherche

26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:47

1. L'histoire de Camille

Camille est née en juin 2004. Dans les premiers mois, elle se développe normalement, accroche le regard, sourit...et pourtant elle a de fortes angoisses que je ne trouve pas "normales" pour un nourrisson et surtout, elle est inconsolable. Elle peut avoir le regard vague, est d'un calme olympien (un peu trop à mon goût) : on me dit qu'"elle est sage comme une image"... Quelquefois me vient l'idée de l'autisme,  mais bon...elle interagit, elle regarde autour d'elle, ça ne correspond pas à la présentation et aux enseignements de mon cursus universitaire en psychologie clinique : alors, pourquoi s'inquiéter?


C'est un hochet chinois Camille a 7 mois.


Elle marche à 15 mois et là, tout change. Camille, qui est en collectivité, commence à toucher à tout, allumer/ éteindre les interrupteurs, ouvrir/fermer les portes; elle ne joue pas aux jeux de faire-semblant comme les autres enfants; elle passe beaucoup de temps à chipper les sucettes de petits; elle fait des drôles de sons lors de l'endormissement, me dit-on...La directrice formule des questions cachées de type : est-ce qu'elle n'entend pas ou elle n'écoute pas?...Je ne comprends pas trop où elle veut en venir.

Camille a 2 ans : elle dit peu de mots (maman, papa, non). Je commence à m'inquiéter de ce retard de langage. Ajouté au fait qu'elle est insensible à la douleur. 

PICT0392.JPG

Sur les conseils de ma collègue psychologue, nous allons rencontrer en août 2006 une pédiatre avec une spécialisation en psychologie clinique et pathologique pour un conseil de guidance, quant au retard de langage et à l'instabilité motrice. Sont soulignées : 

  •  " des acquisitions parfaites pour son âge
  • Très active limite instabilité psychomotrice ne semblant pas pathologique
  • des activités construites peu durables
  • un bon contact social/ est très dans la communication/ très bon sommeil ».

Ces éléments me remettent en confiance. Camille reprend la crèche en septembre 2006 et là, j'ai un premier électrochoc. Je retrouve les enfants de son groupe et  constate leur progrès sur le langage et l'autonomie (notamment la propreté et l'habillage). La directrice revient à la charge et me conseille d'aller consulter un pédopsychiatre...que je peux trouver dans les pages blanches de l'annuaire. Bref, en fonction de mon secteur géographique, je les appelle un par un, non sans peine puisqu'il faut compter plusieurs mois d'attente. J'insiste auprès d'un professionnel à 5 minutes de mon domicile et nous obtenons un premier rendez-vous en octobre 2006.

→Octobre 2006 - octobre 2007 : prise en charge en libéral avec un pédopsychiatre 1 séance toutes les deux semaines. Cette prise en charge est interrompue suite à un déménagement.

Décembre 2006: En parallèle, je suis les indications de la crèche pour déceler un éventuel problème d'audition. L' oto-rhino-laryngologue ne constate aucune défaillance auditive. Le retour est fait à la crèche, laquelle me conseille un bilan au C.A.M.S.P. Devant la difficulté à communiquer et face aux propos discriminatoires envers Camille (entre autre, la psychologue me dit "réguler l'équipe toute les semaines pour ne pas qu'ils la prennent en grippe") - que je trouve entre () scandaleux pour un professionnel quelque soit le handicap et les difficultés- je décide de ne plus poursuivre en crèche.

Janvier 2007 : Camille est désormais chez une assistante maternelle que je connais puisqu'Aurélia m'était initialement orientée pour un accompagnement socio-professionnel dans le cadre d'un parcours de reconversion. C'est une ancienne aide-médico-psychologique qui  correspond parfaitement à mes attentes, dès notre première rencontre. Elle s'est occupée de Camille jusqu'à ses 3 ans 1/2 puisque j'ai choisi de ne pas scolariser Camille à 3 ans. Ca a été une très belle relation entre Camille et Aurélia. Nous sommes toujours en contact et Camille adore retrouver son ancienne nounou pour un déjeuner (notamment le Mac Do car c'est Aurélia qui a amenée Camille pour la première fois) ainsi que son compagnon et son bébé.

Mars 2007 : Mise en place de séances hebdomadaires en psychomotricité (30 minutes) en libéral.

Mai 2007  : 1er rendez-vous au C.A.M.P.S. Polyvalent avec un neuropédiatre. S'ensuivent une batterie d'examens médicaux : 

  •  électroencéphalogramme en avril 2007 : aucune anomalie de repérée
  •  prise de sang (étude génétique) en mai 2007 : demande de caryotype (Syndrome de l’X Fragile, recherche de micro délétion 22Q11= négatifs).
  • Mai 2007 : consultation orthoptique  : strabisme divergent = port de lunettes : IRM indiquée
  • Janvier 2008 : I.R.M.= négatif.

PICT0415.JPGCamille a 3 ans et déjà fan de Hello Kitty.

 

 Septembre 2007 :  mise en relation du pédopsychiatre avec le pédopsychiatre du CAMPS, pour étayer une prise en charge vers l’hôpital de jour de notre secteur géographique : aucune place de disponible.

Février 2008 :

  • Dernière consultation au C.A.M.S.P.
  • Rencontre avec la directrice de l'école de notre commune où nous avons emménagé en septembre 2007 pour une intégration en petite section de maternelle (septembre 2008) avec un aménagement de la scolarité et prise en charge en hôpital de jour.
  • Prise de contact avec l'enseignant référent de notre secteur pour étudier les modalités de la scolarisation : une réunion avec l'équipe éducative est programmée en mars.
  • Bilan orthophonique initié avec prise en charge hebdomadaire proposée d'une séance
  • Prise de contact avec le psychologue du C.M.P. de notre secteur pour étayer la demande d'A.E.E.H. et d'A.V.S. auprès de la M.D.P.H. De par notre demande et l'absence de prise en charge proposée pour le moment en hôpital de jour, celui-ci nous reçoit rapidement et nous propose un suivi hebdomadaire.
  • Premier rendez-vous avec le chef de service de l'hôpital de jour pour réaliser un bilan.

Mars 2008 : le diagnostic de TED non Spécifié est donné. Camille a alors presque 4 ans.

En l'absence de mode de garde, je prends un congé de présence parental(Cf. Le Congé de Présence Parentale) de 3 mois à temps complet. 

Ce même mois, nous mettons en place des séances mensuelles en psychophanie (Cf link), lesquelle me permettront de mieux comprendre le ressenti de camille.

Juin 2008 : Camille est prise en charge à l'hôpital de jour 4 1/2 journées par semaine. En complémentarité, l'école l'accueillera sur 3 matinées hebdomadaires, dès la rentrée de septembre avec AVS-I.

 


2. Les signes précoces de l'autisme

  • Les signes d'alerte
  •  Avant 2 ans :

- Passivité

- Pauvreté de la réactivité/ réactivité sociale

- Difficulté d’accrochage visuel

- Difficulté d’attention conjointe

- Retard de langage

- Absence de pointage

- Absence de désignation d’objet

- Absence de jeu de faire semblant.

 

  •  Autres signes d’alerte

- Régression dans le développement relationnel ou le langage

- Inquiétude des parents pour le développement, relationnel du langage

- Antécédents de T.E.D. dans la fratrie.


  • Les signes d'alerte absolue

  - Absence de babillage, pointage ou autres gestes sociaux à 12 mois

- Absence de mots à 18 mots

- Absence d'association de mots (non écholaliques) à 24 mois

- Régression du langage ou des compétences sociales.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires